Boutique Éditions
Le catalogue de la maîtrise des risques

Interview de Frédéric Brenez


 
 

Frédéric, vous avez mené la rédaction du guide "Les plans d’urgence en industrie", pouvez-vous nous dire pourquoi CNPP Éditions a créé ce guide ?

Un grand nombre de sites industriels dispose ou souhaite mettre en place des plans d’urgence mais peu de référentiels permettent de les guider dans cette démarche. Depuis plusieurs années CNPP souhaitait publier un ouvrage permettant d’accompagner les exploitants dans cette démarche.
Cet ouvrage a permis de rassembler et de formaliser le retour d’expérience de CNPP qui réalise des missions de conseils (mise en place, analyse critique, mise à jour de plans d’urgence) et de formation (formation des membres des cellules de crise, exercices de simulation, etc.).
Il a pour vocation de présenter une approche structurée pour mettre en place une organisation de gestion des situations d’urgence adaptée à chaque site industriel et la formaliser dans un plan d’urgence le plus opérationnel possible.
La méthode proposée est applicable à la rédaction d’un Plan d’Opération Interne (POI) imposé par la réglementation ICPE comme à la mise en place d’un plan d’urgence volontaire sans aucune contrainte réglementaire ou encore à la mise en place d’une organisation de gestion des situations d’urgence pour répondre aux exigences des normes ISO 9001 ou ISO 14001.

À qui recommandez-vous la lecture de ce guide?

Toute personne qui souhaite, sur un site industriel, mettre en place un plan d’urgence, le mettre à jour ou même simplement assurer son suivi peut être intéressée par cet ouvrage.
    

Comment est conçu ce guide ?

Le guide présente peu de théorie. C’est un document qui a surtout pour vocation de proposer une méthode d’élaboration tout en transmettant également des conseils pratiques (matériel à prévoir dans la cellule de crise, exemples de document pour la rédaction du plan d’urgence, etc.).
Il ne s’agit en aucun cas de proposer un plan d’urgence type que chaque site pourrait adopter tel quel. Cette démarche n’aurait pas de sens car le plan d’urgence n’est que la formalisation d’une organisation de gestion des situations d’urgence qui est propre à chaque site.

Dans cet ouvrage vous proposez une méthode d’élaboration des plans d’urgence. Qu’est ce qui caractérise cette méthode ?

L’idée principale de cette méthode est que la rédaction du plan d’urgence est la dernière étape d’une démarche plus large qui passe par la définition d’une organisation de gestion des situations d’urgence adaptée à chaque site industriel.
La méthode proposée s’appuie sur l’analyse des risques du site (étude de dangers, analyse environnementale, analyse de vulnérabilité incendie, etc.) pour identifier les scénarios accidentels face auxquels l’exploitant doit se préparer.
En parallèle, une analyse des moyens humains dont il dispose (effectif, présence permanente sur site ou non, présence d’astreintes, etc.) est à la base de la définition d’une organisation de gestion des situations d’urgence fonctionnelle en tout temps.
C’est seulement après avoir mené ces deux démarches qu’il est possible de rédiger le plan d’urgence.
 

Quels sont les facteurs qui permettent la gestion efficace d’une situation d’urgence ?

Pour moi trois facteurs principaux vont permettre de gérer efficacement une situation d’urgence.
L’organisation habituelle du site n’est pas adaptée à la gestion d’une situation d’urgence. Il est donc indispensable d’avoir une organisation dédiée qui pourra prendre des décisions rapides. Une cellule de crise composée de personnes formées, entraînées et connaissant bien l’organisation de gestion des situations d’urgence du site est le point le plus important.
La présence d’outils de partage d’information en cellule de crise est également un élément fondamental. Lors d’une situation d’urgence, les membres de la cellule de crise doivent prendre des décisions rapides sur la base d’informations partielles et sans avoir de vision directe sur l’évènement. Il est donc extrêmement important d’utiliser des outils permettant de mettre en commun les informations collectées par chacun des membres de cellule afin de disposer d’une image la plus complète possible de la situation à chaque instant.
Enfin, le dernier facteur, est la mise à disposition de la cellule de crise d’informations utiles (plans des réseaux, liste des moyens d’intervention, contacts téléphoniques, etc.). Ces informations permettent à la cellule de crise de définir précisément les actions à réaliser mais également de renseigner les services de secours lorsque ceux-ci interviennent sur le site. Ils sont donc importants dans la gestion d’un évènement accidentel et doivent être facilement accessibles.
 

Quelles formations recommanderiez-vous ?

La compétence des personnes est fondamentale pour assurer le bon fonctionnement de l’organisation de gestion de crise. Il est donc recommandé de former les membres de la cellule de crise ainsi que les équipes d’intervention sur l’organisation prévue et le rôle de chacun.
Mais cette formation initiale ne saurait être efficace sans entraînement réguliers pour mettre en œuvre les connaissances acquises et pour maintenir les compétences dans le temps. La participation de chaque membre de la cellule de crise à un exercice par an semble être un minimum.
La formation des personnes directement impliquées, comme les membres de la cellule de crise ou les équipes d’intervention, doit également être doublée d’une information à l’ensemble du personnel car chacun peut éventuellement être amené à participer à la gestion d’une situation d’urgence en fonction de ses compétences.
  

À qui le plan d’urgence doit-il être communiqué ?

Dans la plupart des cas, le document est à usage interne uniquement. Il est donc transmis habituellement à la direction, aux membres de la cellule de crise et au service sécurité.
En complément, le plan d’urgence peut être transmis aux services d’incendie et de secours pour information.
Pour les Plans d’Opération Interne (POI), il est également d’usage de transmettre le document à l’inspection des installations classées et à la préfecture.

guide "Les plans d’urgence en industrie"


Magazine"Face au risque" ListesA2P ListesAPSAD